Du dedans au dehors

 

Depuis des décennies, malgré tous les progrès dans les différents domaines : médical, technologique, informatique, science, etc..., à l'heure où l'information est partout, accessible au plus grand nombre...

comment se fait-il que nous en soyons toujours là ?

Je veux dire avec autant de stress, de souffrances, de maladies, de mal-être, de conflits, de luttes, de guerres, de jeux de pouvoir...

 

Vous êtes-vous déjà demandé cela ?

 

Et s'il y avait quelque chose que nous n'avions pas compris en cours de route ?

Et si nous prenions les choses à l'envers ?

Et si nous cherchions les réponses et les solutions au mauvais endroit ?

Comme on le fait depuis des lustres en attendant que les autres (le monde, le gouvernement, le patron, le conjoint...) changent et règlent les choses pour nous.

 

Cela pourrait en partie expliquer pourquoi globalement l'être humain reproduit les mêmes scénarios avec les même conséquences, les mêmes résultats. C'est à dire avec peu de résultats, seulement temporaires, et au prix de beaucoup d'efforts et d'un épuisement certain.

 

Et si nous nous y prenions à l'envers ?

S'il s'agissait de "régler" les choses en Soi pour que cela change dehors ?

 

Au lieu de vouloir toujours "régler" les choses à l'extérieur de Soi, ce que l'humanité dans son ensemble fait depuis des décennies, avec à peu de choses près toujours les mêmes résultats, décevants, insatisfaisants, minimes...

Au lieu de toujours vouloir que l'autre change, se taise, satisfasse nos besoins...

 

Si l'on s'occupait de Soi, l'on prenait soin de Soi, l'on écoutait sa petite voix intérieure, son intuition, si l'on se respectait, l'on s'aimait, si l'on ouvrait son champ de conscience...?

 

Si l'on est en paix en Soi, que chaque humain s'occupe de la paix en lui, vu que le monde, la société est faite de chacun d'entre nous, de chaque individu, alors c'est à l'individu lui-même de faire la paix en lui avant de vouloir la voir au dehors.

 

Attendre que le voisin bouge et prétendre que seul on ne peut rien, est la plupart du temps une manière de se défausser, de se déresponsabiliser, de ne pas se prendre en charge ou de ne rien faire.

Nous n'avons pas à nous occuper de ce que fait le voisin mais juste à penser et agir pour le monde que nous souhaitons voir se réaliser. Et non contre ce que nous ne voulons pas. CE QUI FAIT TOUTE LA DIFFERENCE.

 

Gandhi disait : "Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde".

 

Même si tout était en paix au dehors, pensez-vous qu'un individu qui est en guerre contre lui-même, qui se juge, se critique, se dévalorise, se sent mal à l'intérieur, pensez-vous que cela suffirait à le mettre en paix en lui ? Et que génèrerait-il  d'après vous ?

 

Rien ni personne en dehors de vous ne pourra vous apporter cette paix intérieure ni vous aimer à votre place si vous ne vous aimez pas. N'est-ce pas ?

Et c'est une bonne nouvelle. Cela signifie que votre paix ne dépend pas d'un facteur extérieur ni de quelqu'un. Cela dépend de vous et uniquement de vous.

Cela signifie que dès lors que vous transformerez les choses en vous, votre monde changera.

 

Tant que l'être humain s'évertue à vouloir changer les choses, le monde à l'extérieur, cela ne fonctionne pas.

Cela se saurait depuis tout ce temps.

Cela part de l'intérieur, cela fonctionne du dedans au dehors.

Il s'agit de bouger, d'ouvrir notre conscience.

 

Einstein disait : "la folie c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent" ou dit autrement :"on ne peut pas résoudre un problème à partir du même niveau de conscience qui l'a crée."

 

 C'est comme si vous vouliez encore et encore, depuis des décennies ouvrir  une porte en la poussant alors qu'il faut la tirer. Vous pourrez y mettre tous les efforts que vous voulez, vous pourrez vous en prendre au monde entier, cela n'y changera rien tant que vous n'avez pas compris que vous vous y prenez à l'envers.

 

En réalité, il n'y a pas de monde extérieur à vous, même si cela vous semble terriblement réel. Il n'y a que le monde vu par vos perceptions, à travers vos filtres, votre regard. Sept milliard d'individus, sept milliard de visions du monde.

 

Lorsque qu'un Etre humain voit le monde autour de lui, il voit ce qu'il en fait en lui, mais pas le monde extérieur proprement dit. C'est à dire qu'il le perçoit en fonction de son regard, lié à son éducation, ses apprentissages, sa sensibilité, ses expériences, ses conditionnements, sa culture, ses croyances, ses préférences, son niveau de conscience...

 

L'extérieur est là pour nous montrer notre intérieur, il vient refléter des zones en nous encore sensibles, encore en guerre, encore restreintes, limitées...

Pourquoi ? Pour nous permettre justement d'y apporter du soin, de la compréhension, la lumière de notre conscience, la paix...

Car si l'extérieur ne nous pointait pas cela, nos limitent et nos blessures qui nous gênent, nous dérangent..., et bien nous n'aurions aucune opportunités de pouvoir aller mieux et d'évoluer car nous ne verrions pas toutes ces zones en nous. Nous avons besoin de ce miroir, de ce reflet extérieur.

 

L'action, le changement, sont à produire dedans, ce qui aura pour conséquences naturelles de changer les choses dehors. Et non l'inverse.