Mal-être

Ce que nous appelons un mal-être peut être regardé comme un manque d'être.

 

Se sentir : connaitre l'état dans lequel nous nous trouvons, donc être sensible à ce que nous ressentons.

 Se sentir mal : manquer de sensibilité à Soi, avoir de la difficulté à se sentir.

 Donc pour aller de : "se sentir mal" à "se sentir mieux", il s'agit de retrouver et développer la sensibilité à Soi-même, de se reconnecter à ce que nous sentons, ressentons.

 

Ce que nous indique un mal-être :

Un mal-être nous invite à mettre notre attention sur ce qui se passe en Soi, sur ce que nous éprouvons, à reconnecter avec nos sensations, nos ressentis.

Il nous invite à être sensible à Soi, à ce qui s'exprime ou tente de s'exprimer en Soi.

 

Manquer d'être : se manquer à Soi-même. Comme si nous étions en manque de nous-même, éloignés de nous, coupés de nous, anesthésiés d'un peu de nous, d'une part de nous, en nous.

 

 

 

La source de ce manque :

Parce que peut-être nous avons ressenti à un moment de la douleur, une souffrance, une blessure. Ou bien nous avons été censurés dans l'expression de nos émotions ou de la Vie en nous et c'est resté bloqué, empêché.

Ainsi pour ne pas trop ressentir de souffrance, nous nous sommes coupés de nous-même, amputés d'un bout de nous (en anesthésiant notre sensibilité). Pour survivre et continuer d'avancer.

Cela laisse un vide, un manque, que nous tentons de compenser de différentes façons : par du travail, des activités, des relations, du paraitre, de la nourriture, la télé...

 

Réactivation :

Lorsque par la suite cette zone est touchée en nous au cours d'une situation quelconque, quand cela résonne avec cette part blessée en nous, avec ce manque, alors nous sommes en réaction, sur la défensive, dans l'attaque ou le repli.

Notre réaction peut être excessive, disproportionnée ou inappropriée par rapport à la situation présente.

 

Réaction :

Nous réagissons à ce moment là par reflexe de protection, au lieu d'agir de manière adaptée à la situation du moment.

Des automatismes se mettent en place.

Nous finissons par croire que c'est normal, que nous sommes comme ça, que c'est notre caractère et ainsi ces reflexes et mécanismes agissent à notre place.

 

C'est ok, cela nous a été utile de nous couper de nous, d'anesthésier notre sensibilité à un moment. Cela nous a permis de continuer d'avancer, de grandir, de nous construire.

 

Opportunité, invitation, projet :

Quand le mal-être réapparait ou qu'une situation le réactive, alors si nous sommes attentifs et que nous écoutons ce qui se passe en nous, en retrouvant notre sensibilité, en toute sécurité, si nous écoutons et accompagnons ce ressenti, il va nous indiquer le chemin vers cette part de nous à rencontrer et qui nous manque.

 

En attente :

Elle n'a jamais cessé d'être là depuis tout ce temps mais coupée, séparée de nous. Séparée de celui que nous sommes devenu, qui a gagné en  maturité, qui a plus de ressources, et qui est en mesure de l'accueillir ; elle ne demande qu'à nous rejoindre.

 

La pertinence, la justesse, le sens :

Ayons confiance dans le fait que ce que nous ressentons a du sens, est juste. Que ce qui nous met mal est là pour que nous retrouvions notre sensibilité et qu'avec notre cœur nous prenions soin de celui que nous avons été à un moment donné pour qui ce fut difficile.

 

La Vie nous invite à ce moment là à retrouver notre intégrité psychique, notre entièreté, notre complétude.

 

 

En résumé :

Mais nous ne le savons pas et continuons dans ces reflexes de survie qui nous ont été salutaires à un moment donné et qui nous limitent aujourd'hui.

Nous continuons de nous anesthésier, nous fuyons et tentons de mettre à distance ce mal-être, cet inconfort. Nous voulons nous débarrasser de ce symptôme gênant alors qu'il nous invite à nous retrouver.

Il n'est pas là pour nous embêter, bien au contraire.

Ce reflexe d'éloigner de nous tout inconfort est naturel.

Sauf que là, c'est comme le voyant du carburant de la voiture qui s'allume pour nous signaler qu'il faut refaire le plein. Si je le fais, le voyant s'éteint. Si je ne veux pas le voir, la situation pourrait bien se compliquer.

 

Et nous c'est un peu la même chose, sauf que le voyant est un symptôme. Il nous dit : écoute et prends soin de ce qui en toi appelle, de ce qui en toi réclame ton attention. Pour aller mieux après.

Mais nous négligeons ce signal ou supprimons le symptôme, sans avoir écouté ce à quoi il servait, ce qu'il avait à nous dire, à nous montrer.

 

Ainsi un mal-être, un symptôme est souvent une manifestation qui nous indique un chemin d'Amour vers une part de Soi, en Soi, à rencontrer et à réhabiliter.